Association Française de Gemmologie, Gemmologie, Gemmologie - AFG, Isabelle Langlois, Savoir-faire
Laisser un commentaire

Améthyste de février

Bague Emotion Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard
Bague Emotion Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard

Bague Emotion Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard

Une légende tirée de la mythologie grecque raconte que Dionysos (Dieu du Vin) fut insulté par un homme, ce qui l’irrita fortement. Il jura alors de se venger sur le prochain mortel qui croiserait sa route. Pour se faire, il créa des tigres féroces. Survint alors l’innocente Améthyste, jeune fille de grande beauté, qui allait prier. Diane la transforma en statue de cristal immaculé (quartz) pour la protéger des griffes des tigres. Dionysos, voyant la statue magnifique qu’était devenue Améthyste, se trouva alors rempli de remords face à la cruauté de son acte. Il versa alors des larmes de vin qui teintèrent le quartz et donna la couleur que nous lui connaissons.

On dit aussi que l’améthyste est la pierre des rois car placée au fond d’une coupe avec de l’eau elles permettent d’imiter la couleur du vin et donc au roi de faire boire sa cour en restant sobre….

D’un point de vue plus scientifique, l’améthyste est une variété de quartz qui doit sa couleur à des traces de fer liée à une forte irradiation. Elle se trouve toujours implantée sur une roche et c’est pour cela que l’on trouve facilement des géodes. La couleur est très intense sur les pointes cristallines et elles sont extraites pour être taillées et facettées. Au début du XXème siècle, d’importants gisements sont découverts au Brésil dans la région du Rio Grande Do Sul et en Uruguay ce qui fait connaître l’améthyste. Depuis, il y en a en provenance de Madagascar, de Zambie, de Bolivie, du Sri Lanka, et même de France notamment d’Auvergne. Comme elle est assez dure, 7 sur l’échelle de Mohs, elle est très souvent utilisée en joaillerie sous diverses formes : cabochons, perles, briolettes, tailles à facettes mais attention à ne pas la confondre avec d’autres pierres violettes comme la fluorite, le béryl ou les spinelles. Malgré tout soyez vigilant car il existe aussi des améthystes synthétiques.

Certaines citrines sont des améthystes chauffées mais il est possible d’obtenir une teinte verte appelée prasiolite, ou un « girasol » (aspect laiteux) avec le même procédé. Si vous avez une pierre avec une partie améthyste et l’autre citrine, cela s’appelle une amétrine et provient du Brésil ou de Bolivie mais comme pour les améthystes il existe des synthèses alors faites vous conseiller par un professionnel. Sachez pour votre culture générale que l’améthyste est aussi un champignon comestible qui doit son nom à sa couleur !

Sarah B – Association Française de Gemmologie

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuiller répondre à cette question du Captcha pour valider votre commentaire *