Association Française de Gemmologie, Bon plan, Evènements, Formations, Gemmologie, Gemmologie - AFG, Institut National de Gemmologie, L'Ecole des Gemmes, L'Ecole Van Cleef and Arpels, Métiers, Patrick Voillot, Salons / Expos, Savoir-faire
Laisser un commentaire

10 conseils pour acheter des pierres précieuses à l’étranger

Photo de pierres précieuses ©BérengèreTreussard2017 pour www.likeab.com
Photo de pierres précieuses ©BérengèreTreussard2017 pour www.likeab.com

©BérengèreTreussard2017

Diplômé de gemmologie, Docteur en pharmacie et Conservateur de la collection de minéralogie de la faculté de pharmacie de Paris V, Patrick Voillot est spécialiste des pierres précieuses et parcourt le monde depuis 20 ans à la recherche des plus belles gemmes.

Fort de son expérience, il nous livre ses 10 conseils pour acheter des pierres précieuses dans le cadre des conférences organisées lors du salon Mes Créateurs Joailliers qui s’est tenu en novembre dernier. 

1. Se renseigner sur les pierres précieuses disponibles

Si vous allez dans un pays étranger et que vous souhaitez acheter des pierres précieuses, le premier réflexe à avoir est bel et bien de vous renseignez en amont sur les différentes variétés de pierres précieuses que vous pourriez trouver dans ce pays. Par exemple, pour la Birmanie, des rubis mais aussi des topazes, des tourmalines ou des aigues-marines. Si l’on vous présente des pierres que l’on ne trouve pas communément dans ce pays, méfiez-vous …

Un bon moyen pour vérifier cette information c’est d’aller sur le site de Patrick Voillot qui en fin d’article vous détaille pour chaque pays les pierres que vous pourriez trouver. Vous pouvez également vous procurer le guide des pierres précieuses qui vous informera sur les pierres et leurs inclusions.

2. Avoir une notion du prix

Deuxièmement, il est important d’avoir une notion du prix de ces pierres en Occident afin de ne pas risquer de les acheter plus cher ! En effet, il est tentant pour certains marchands de vendre des pierres à un niveau de prix élevé s’ils croient avoir à faire à de simples touristes… S’il vous est proposé pour quelques centaines d’euros un saphir du cachemire alors que cette pierre atteint plusieurs milliers d’euros, ne vous attardez pas, c’est un faux !

Encore une fois, vous pouvez aller consulter le site de Patrick Voillot qui vend des pierres pour vous faire une idée. Ses prix sont raisonnables, il faut bien entendu soustraire une marge pour vous faire une idée des prix. Vous n’aurez cependant pas les mêmes prix que Patrick Voillot en tant que simple touriste car il a ses filières qu’il a mis en place depuis 20 ans. Les prix se négocient généralement en prix au carat sur place.

3. Savoir où acheter

Il est important également de savoir où acheter dans le pays : attention aux histoires des guides vous promettant l’exclusivité d’une adresse, vous risquez d’acheter de fausses pierres avec des certificats d’authenticité tout aussi faux … Quand vous allez près des mines, vous avez plus de chance de trouver de vraies pierres. L’idéal est de trouver des contacts dignes de confiance qui connaissent les gemmes et avec lesquels vous pouvez construire une relation durable ou bien de décider de partir avec des experts comme Patrick Voillot ou l’Association Française de Gemmologie qui organise tous les ans des voyages.

4. Avoir des notions de gemmologie

Avoir des notions de gemmologie aide incontestablement : prenez le temps de vous documenter, apprendre à regarder avec une loupe pour vous permettre de discerner le vrai du faux.  Si vous voyez des bulles d’air par exemple, votre pierre est fort probablement du verre. Sans être un expert, vous pouvez différencier un Verneuil (corindon synthétique inventé par Auguste Verneuil) d’un corindon (rubis ou saphir) avec ses zones d’accroissement en courbes alors qu’elles sont plutôt anguleuses lorsqu’il s’agit d’un authentique rubis ou saphir.

Pour vous former en gemmologie, il existe plusieurs formations relativement courtes à l’Institut National de Gemmologie, à l’Ecole des Gemmes , à la BJOP avec le Laboratoire Français de Gemmologie  et pour une découverte des pierres, vous pouvez vous inscrire à un cours à L’Ecole Van Cleef and Arpels.

5. Se munir de quelques outils

Il est utile d’avoir un peu de matériel avec soi comme une loupe et éventuellement un réfractomètre afin de tester les produits que l’on vous présente. Cet outil qui mesure l’indice de réfraction des pierres, vous permettra de faire la distinction entre une aigue-marine et une topaze par exemple ! Et il est plus fiable qu’un oeil même avisé. 

6.Vérifier les conditions de sûreté

Pensez à vérifier les conditions de sûreté du lieu d’achat : vous allez sortir de l’argent parfois dans des lieux de passage, ce qui n’est pas pour autant synonyme d’insécurité. Encore une fois, renseignez-vous et soyez attentifs. S’il s’agit d’un lieu habituel de transaction de pierres, il y a de fortes chances qu’il soit sous étroite surveillance.

7. Etre attentif à la lumière

Vérifiez les conditions de lumières de votre lieu d’achat : si vous êtes près des tropiques par exemple, le soleil n’étant pas orienté comme dans votre pays d’habitation, la lumière n’aura pas le même impact sur la pierre et vous risquez d’être déçu à votre retour. N’achetez jamais de pierres rouges le matin ou le soir par exemple : la lumière rose a pour effet de sublimer ces pierres.

8. Ecouter son instinct

Si vous avez le moindre doute, n’achetez pas ! Il faut parfois savoir écouter son instinct quand on achète une pierre. N’ayez pas de regret, il doit y avoir une sorte de symbiose entre la pierre et vous. Il faut que la pierre vous parle. Qu’elle ne soit ni trop foncée ni trop claire. Plus elle est pure, c’est-à-dire moins il y a d’inclusions plus elle aura de valeur. 

9. Marchander

En ce qui concerne le marchandage, les usages diffèrent selon les pays. En Afrique du Nord, n’hésitez pas à partir sans conclure pour que le vendeur vous rattrape et reprenne les négociations. N’attendez pas ce type de comportement au Brésil par exemple où il est préférable de passer du temps à construire un lien avec le négociant. Au Sri Lanka, il n’est pas rare de devoir feindre une colère pour que le vendeur propose un prix raisonnable ! De manière générale quand on vous propose un prix, n’hésitez pas à faire une offre très basse pour commencer, puis révisez votre prix progressivement en prenant votre temps. Bref, Soyez patients…

10. Céder aux coups de cœur !

Enfin quand une pierre vous plaît vraiment, ne la laissez pas passer : vous ne la retrouverez jamais ! Et c’est le conseil d’un spécialiste !

Si même avec tous ces bons conseils, vous avez encore des velléités et que l’idée d’acheter des pierres précieuses à l’étranger ne vous inspire pas, vous pouvez toujours profiter des salons des minéraux dans toute la France  toute l’année mais également à Paris et à Sainte Marie aux Mines en juin 2017 

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuiller répondre à cette question du Captcha pour valider votre commentaire *