Cartier, Gemmologie, Gemmologie - AFG, Livres, Métiers, Salons / Expos, Savoir-faire, Van Cleef & Arpels
Laisser un commentaire

Les Joyaux de la collection Al Thani exposés au Grand Palais

Collection Al Thani Portrait du Maharaja Sir Sri Krishnaraja Wodeyar Bahadur
Collection Al Thani Portrait du Maharaja Sir Sri Krishnaraja Wodeyar Bahadur

Portrait of Maharaja Sir Sri Krishnaraja Wodeyar Bahadur; K. Keshavayya Mysore Ca. 1906 © The Al Thani Collection

Après New York et Londres, la fabuleuse collection de pierres, bijoux et objets du Sheikh Hamad bin Abdullah Al Thani prend ses quartiers à Paris au Grand Palais jusqu’au 5 juin 2017

Nous avions fait une retrospective l’année passée sur cette fabuleuse collection exposée à Londres au Victoria & Albert Museum « Bejewelled Treasures » et nous pensions que la boucle était bouclée puisque le Sheikh Hamad bin Abdullah Al Thani avait eu l’inspiration de sa collection en découvrant les très belles pièces du musée quelques années auparavant.

Pour notre plus grand plaisir, il n’en est rien, il ne vous reste plus qu’à prendre vos billets pour Joyaux et découvrir 279 pièces  extraordinaires qui racontent l’histoire de la joaillerie indienne, de la période moghole à nos jours.

L’occasion de vous rappeler que l’Inde a été le berceau du diamant et ensuite son principal producteur de l’Antiquité jusqu’au XVIIIème siècle. Que le fameux et légendaire gisement de « Golconde » figure en ses terres. En effet, les mines se trouvaient sur les bords du fleuve Krishna et ses affluents, et les plus beaux diamants du monde comme le Koh-i Nor, le Régent, le Bleu de France retaillé en Hope ou encore l’Orloff ont été charriés par l’érosion naturelle pour faire la fortune et la renommée de Golconde.

Collection Al Thani diamant de Golconde

L’Agra – Diamant – Inde, antérieur à 1526; retaillé dans les années 1880 et 1990 1,87 cm x 1,7 cm; ép. 1 cm; poids : 28,15 ct – Rose intense, VVS1© The Al Thani Collection

Dans cette exposition, vous découvrirez de fabuleuses pierres, des spinelles et des émeraudes gravés ainsi que trois diamants absolument hypnothiques

Collection Al Thani Diamant Arcot II

L’Arcot II – Inde, vers 1760 ; retaillé en 1959 et 2011 Diamant L. 2,61 cm ; l. 1,61 cm ; D. 0,6 cm ; poids : 17,21 ct – Grade D, pureté interne parfaite © The Al Thani Collection

collection Al Thani collier spinelles et perles

Inde du Nord, 1600-1650 – Spinelles, perles ; cordon moderne – Inscriptions impériales en persan datées entre 1609 et 1635 sur quatre spinelles © The Al Thani Collection

Avec toute cette richesse, c’est naturellement que l’Inde a serti ses joyaux et pierres pour en faire des bijoux. Les pierres étaient taillées très simplement en se rapprochant du brut sans les facettes symétriques actuelles. Vous pourrez ainsi découvrir une technique de sertissage des pierres particulière et unique qui vise à sertir sans griffe contrairement à nos habitudes européennes : le kundan

Par cette technique, la monture est façonnée autour de la pierre à l’aide de bandes d’un or très pur qui forme, à température ambiante, des liaisons moléculaires avec lui-même tout en restant malléable. Avec un stylet de fer, l’orfèvre (sonar) met en forme un sertissage à la fois ferme et flexible qui maintient la pierre. Cette méthode impose donc un serti clos, dans lequel une feuille d’or ou d’argent accentue, par reflet, l’éclat et la luminosité de la pierre.

Souvent au dos de ces bijoux on trouve un décor émaillé qui est l’une des autres caractéristiques de la bijouterie indienne. Le développement de cette technique, introduite à l’époque moghole, bénéficia probablement de l’admiration portée alors aux très beaux bijoux émaillés réalisés dans les ateliers de l’Europe de la Renaissance et parvenus à la cour impériale par le biais de cadeaux diplomatiques ou par la culture. L’email en joaillerie indienne perdure alors qu’elle a tendance à se perdre aujourd’hui en Europe.

A la fin de l’exposition vous aurez le grand plaisir de découvrir des créations de haute joaillerie beaucoup plus contemporaines provenant de la Maison Cartier et son histoire particulière avec l’Inde notamment via Jacques Cartier qui entreprit le voyage en 1911. Ou encore du si secret et renommé JAR (Joseph Arthur Rozenfeld) qui a revisité des gemmes ou bijoux indiens pour le plus grand plaisir de ses clients.

collection Al Thani collier Cartier

Collier de rubis de Nawanagar Cartier, 1937 – Platine, rubis, diamants © The Al Thani Collection

Merci Monsieur Al Thani pour ce fabuleux voyage à travers l’Inde et ses merveilles.

A découvrir jusqu’au 5 juin 2017

Salon d’Honneur du Grand Palais 

Tous les jours de 10h à 20h
Nocturne le mercredi jusqu’à 22h
 
Fermé le mardi
Fermé le lundi 1er mai et le vendredi 14 juillet
 
L’exposition participe à la Nuit européenne des musées le 20 mai : entrée gratuite de 20h à minuit
 

www.grandpalais.fr/fr/evenement/des-grands-moghols-aux-maharajahs

Pensez également à prendre vos billets pour l’exposition Jardins qui présente de très jolis bijoux notamment de la Maison Van Cleef and Arpels.

Bonne visite ! 

Et pour ceux et celles qui ne pourront pas se déplacer, je vous recommande néanmoins l’excellent livre 

collection Al Thani Grand Palais

Exposition Joyaux du 29 mars au 5 Juillet 2017

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuiller répondre à cette question du Captcha pour valider votre commentaire *