Articles récents

montre dentelle or Piaget metier d'art sara bran

La dentelle sur or de Sara Bran

montre dentelle or Piaget metier d'art sara bran

Bracelet montre métier d’art de Piaget dentelle or et diamant ©BérengèreTreussard2017

A l’occasion du S.I.H.H. 2017 et de la sortie de deux montres en dentelle sur or, métiers d’art de Piaget, nous avions rencontré l’artiste qui a réalisé ces oeuvres d’art, la talentueuse Sara Bran.

Reconnue par la communauté internationale comme une créatrice innovante et une artiste des temps modernes, Sara Bran a créé de toute pièce cette technique de dentelle sur or. A la fois travail manuel et technique, elle a développé durant des années de recherche et de pratique, cet art d’excellence aux confins de la technique traditionnelle joaillère et de la recherche artisti ue contemporaine.

Sara Bran, dentellière sur or

Est-ce que vous pouvez me parler de votre parcours ? Comment devient-on une dentellière sur or ?

J’ai un parcours atypique qui a commencé par des études d’histoire de l’art, les beaux-arts puis un exercice de la peinture, de la sculpture et du dessin. J’ai toujours exprimé un fort intérêt pour le bijou, les artsnappliqués et les arts décoratifs. Un jour, j’ai cassé un petit élément de sculpture et l’idée m’est venue d’en faire un pendentif. Le résultat étant assez réussi, j’en ai créé plusieurs jusqu’à ce que l’on me demande de concevoir une collection entière. C’est ainsi que j’ai commencé à créer des bijoux en parallèle de mon activité de sculpteur.

J’ai alors acquis les techniques de mise en œuvre des métaux précieux et, dans le cndre de cet apprentissage, je me suis intéressée à la technique de la découpe manuelle, technique traditionnelle de repercé à la scie bocfil qui permet classiquement de faire des ouvertures dans le métal pour y installer des pierres par exemple.

Il est vrai qu’il faut beaucoup de patience et de précision pour faire de multiples découpes et jouer avec la lumière mais j’ai trouvé qu’il y avait un champ ornemental très intéressant à exploiter la dentelle sur or. J’ai eu la chance d’être formée par les meilleurs artisans en France dont l’exigence du détail m’a incité à pousser ce travail d’exploration le plus loin possible. Dans ce cadre j’ai rencontré des ouvrières du textile et je me suis rendue compte que nos activités étaient similaires à l’exception de la matière. Je me suis alors intéressée à la dentelle en faisant des recherches en musée, autant en France qu’en Europe sur le champ d’ornementation des dentelles textiles.

dentelle sur or sara bran metier d'art or

Dentelle sur or Sara Bran ©BérengèreTreussard2017

Le métier de dentellière sur or n’existait pas, comment avez-vous abordé l’aspect technique ?

J’ai tout d’abord inventorié et collecté des motifs pendant plusieurs années, chiné ponctuellement des pièces de dentelles et même rencontré des dentellièrps contemporaines. Cela m’a permis d’identifier des motifs que je pouvais reproduire ou plutôt réinterpréter avec ma matière, l’or. J’ai réalisé également un travail de recherche sur les alliages et la construction afin d’arriver à une finesse et une souplesse dans mes mises en œuvre qui s’apparentent énormément à la dentelle textile.

Sara Bran, artiste des temps modernes

Vous travaillez aujourd’hui pour un des grands noms de Place Vendôme : comment est née la collaboration avec la Maison Piaget ?

Dans le cadre de leur collection art et excellence qui regroupe tous les métiers d’art, Piaget s’associe avec des artisans, spécialistes de leur domaine. C’est ainsi que Piaget m’a proposé de réaliser deux pièces d’exception dessinées par leur maison.

sara bran dentelle sur or montre altiplanon or diamants marquises

Montre Altiplano de Piaget boitier en dentelle sur or et diamants Sara Bran ©BérengèreTreussard2017

Comment avez-vous procédé pour réaliser la manchette et la montre de Piaget ?

Lorsque les équipes de Piaget sont venues visiter mon atelier situé dans le Gard, ils avaient particulièrement apprécié mon travail de recherche avec la lumière. Nous avons imaginé alors deux projets en étroite collaboration. Le premier est la réalisation d’une dentelle sur or destinée à une des montres iconiques de Piaget, l’Altiplano double jeu. La montre s’ouvre et laisse apparaître la dentelle sur le dessus ? Le second était la réalisation d’une manchette. De nombreux essais, ainsi que plusieurs mois de recherche et développement avec les ingénieurs de la Maison ont été nécessaires avant d’arriver à la finesse du résultat final.

dentelle sur or sara bran bracelet montre Piaget or et diamants marquises

Bracelet montre métier d’art Piaget dentelle sur or et diamants marquises Sara Bran ©BérengèreTreussard2017

En quoi votre travail de dentelle sur or est-il singulier ?

De par mon travail de recherche sur le registre ornemental des dentelles, je propose un large éventail de motifs emprunts de diverses cultures européennes. Il ee s’agit pas de reproduire de manière quasi-industrielle des motifs en nids d’abeille. J’ai à cœur de dessiner mes propres modèles et d’exprimer ainsi une force et une finesse créatives dans le registre ornemental des dentelles.

dentelle sur or et diamants or sara bran oeuvre d'art

Oeuvre d’art Shamsah en dentelle sur or et diamants de Sara Bran

Sara Bran est donc une artiste à suivre et certainement à collectionner. Finaliste du Prix Bettencourt pour l’intelligence de la main en 2010 puis 1er</sup= Prix de la Création du Salon Les Fêvres en 2011, ses oeuvres ont été exposées à Paris, Berlin, Monaco, Lausanne, Lisbonne, St Barth, Moscou, Tokyo, Singapour et Dubaï, entre autres, ainsi qu’au Musée National des Arts Décoratifs de Lisbonne et dans des Musées Nationaux français. Elle collabore régulièrement avec des maisons de luxe françaises et internationales comme Guerlain et sa collection capsule pour la Petite Robe Noire .

dentelle d or broches papillons perle de tahiti et perle

Deux papillons en dentelle dor et perles de Sara Bran

Saluons et soutenons le courage de ces artistes qui placent la création au centre de leur vie pour nous éblouir toujours un peu plus et diffuser ce savoir-faire que nous nous devons de soutenir.

Pour en savoir plus, suivre l’actualité de Sara Bran ou lui commander une pièce : 

www.sarabran.fr

par téléphone : 0 (0 33) 6 27 49 33 72 ou par courriel : atelier@sarabran.fr

Facebook : Sara Bran

bague dentelle or tanzanite haute joaillerie metier d art blue gold heart

Bague Blue Gold Hearts avec deux tanzanites de Sara Bran

–ooOoo–

bague Jean vendome cristal de roche or tourmaline verte symbole amour diamants

Hommage à Jean Vendome au salon Un bijou pour Noël

 

bague Jean vendome cristal de roche or tourmaline verte symbole amour diamants

Jean Vendome – Bague couple – 1970 ©S.A.R

Un grand homme s’est éteint cet été  laissant un grand vide : Jean Vendome, père du bijou contemporain pour certain, très certainement génie pour beaucoup, amoureux des gemmes et de la matière sans conteste.

Le salon des créateurs joailliers Un bijou pour Noël lui rend hommage du 17 au 20 Novembre  2017 à l’Hotel de l’Industrie à Saint Germain des Près.  Une conférence rétrospective est même organisée pour présenter son œuvre constituée de plus de 30 000 pièces pour une carrière de plus de 50 ans le dimanche 19 novembre 2017 à 15h (Nombre de places limitée, inscriptions obligatoires sur contact@saintgermain-events.com avec votre nom et prénom)

Collectionneurs, amateurs et plus grands fans pourront alors admirer les plus belles pièces que son fils, Thierry Vendome, propose de mettre en avant sur le salon en partenariat avec la maison de ventes aux enchères MILLON.  L’occasion  de découvrir ou redécouvrir le travail de Jean Vendome à travers dessins, photos et bien sûr des bijoux de sa fabrication, ainsi qu’un impressionnant collier qui sera mis en vente par la Maison de ventes aux enchères MILLON lors de sa vente haute joaillerie du lundi 4 décembre à 14h.

Jean Vendôme, père du bijou contemporain

Né le 18 avril 1930, Jean  Tuhdarian dit Jean Vendome a débuté son apprentissage à l’âge de 13 ans et à partir des années 70 accumule récompenses et prix et voit sa carrière internationale ainsi décoller.

Bracelet or diamants likeab Jean Vendome

Jean Vendome – Bracelet « Cratère » en or et diamants – Années 50

Travailler l’or différemment, utiliser la matière brute, rechercher la pierre rare, jouer avec la lumière, Jean Vendome a été animé toute sa vie de cette quête inlassable de la pépite et de l’excellence pour créer des bijoux uniques.

Amoureux de l’or brut et des pierres, cet ingénieux créateur et sculpteur s’est toujours inspiré de son environnement, de ses voyages et de l’actualité pour créer des lignes extrêmement novatrices pour leur temps en joaillerie.

Jean Vendome Bague tour tourmaline

Jean Vendome – Bague Tour en tourmalines et or ©S.A.R

Avec Jean Vendome, la pierre est toujours le point de départ d’un bijou et c’est en cela qu’elle est unique. Soucieux de laisser la pierre pouvoir se refléter sur le corps de la femme et de jouer avec la lumière et la transparence de la pierre, il désirait que l’on puisse ressentir la transparence comme un voyage dans la pierre. Rien de plus beau pour un gemmologue qui passe sa vie à voyager dans la transparence des pierres et à en apprécier la moindre inclusion, le plus petit détail souvent invisible à l’oeil nu.

« La lumière joue avec la pierre, la pierre joue avec la peau » Jean Vendome

Toutes les collections de Jean Vendome sont intéressantes et pertinentes : Pépite, Boréale, la bague Tour, Survol, Z, Nocture, Croix, Cosmos, Florilège, América, S, Flèche, Huit, Vitrail, Trafic, Nénuphar, Cinétique, Erotiques, Air et Terre, Bulles et Boules, Cygne, Cravate, Plume, Boule, Ferret, Compact, Amarre, Echelle, Vice Versa, Pont, Reflet, Miroir, Coussin, Vague, Bolduc, Cheville, Cache Cache…

On ne sait que choisir parmi ses créations. Et pourtant la bague couple a une résonance bien particulière puisqu’elle est le reflet de ce couple qu’il a formé avec Nelly Vendôme et le symbole d’un amour éternel. La balance parfaite entre l’or jaune et l’or gris, le cristal de roche symbolisant la pureté de sa femme et la tourmaline verte le représentant relié par une ligne de diamant à la symbolique éternelle représentant leur amour. L’équilibre idéal.

Dans sa boutique du 352 rue saint Honoré, Jean Vendome aura créé, modelé et fait rêver. On le sait moins, mais il a également conçu et fabriqué un certain nombre d’épées d’académiciens très intéressantes et innovantes dont celle de Roger Caillois qui est actuellement au Musée d’Histoire Naturelle de Lyon.

Lui rendre hommage pendant le salon Un bijou pour Noël permettra de faire connaître son œuvre à une génération qui s’en est très certainement fortement inspirée malgré elle.

Jean Vendome mis en avant au salon Un bijou pour Noël

A l’occasion du salon Un bijou pour Noël, Thierry Vendome, lui-même joaillier, interviendra pour une conférence exceptionnelle le Dimanche 19 novembre à 15h pour rendre hommage à son père (Nombre de places limitée, inscriptions obligatoires sur contact@saintgermain-events.com avec votre nom et prénom).

photo de Jean Vendome à son atelier

Jean Vendome à son établi lors de la réalisation du Papillon, commande de Salvador Dali d’après un de ses dessins en 1962.

Le salon annuel Mes Créateurs Joailliers change de nom pour sa quatrième édition et devient Un Bijou Pour Noël. Toujours quatre jours dédiés à la création joaillière au sein de l’Hôtel Particulier au 4 Place de l’Industrie à Saint Germain des Près.

Venez découvrir ou redécouvrir les créateurs joailliers, craquer pour un bijou unique ou vous en faire faire un sur mesure. Ce salon est le rendez-vous parisien de tous les passionnés de bijoux, de pierres précieuses, de pièces uniques, d’originalité et d’artisanat d’art.

Retrouvez notamment les créateurs suivants :

Soligems
Tiber
Maison Beigbeder
Si t’es d’Or
Sanlys
Christine Escher
Aube Cambon
Bianchi
Julie Genet
Sandrine Huet Concept et prod
Worms Paris
Marc Alexandre
Marina Cabanel
Cetanne
MW Paris
404 place Vendome
Patrice Fabre

UN BIJOU POUR NOEL

Du 17 au 20 novembre 2017

Hotel de l’Industrie – 4 Place Saint-Germain-des-Près – 75006 Paris

Vendredi 12h à 19h

Samedi et dimanche de 12h à 20h

Lundi de 12h à 18h 

Entrée 5 euros.

un bijou pour noel salon acheter bijou

Anna Hu éblouit la Biennale de sa symphonie de gemmes

collier haute joaillerie Anna Hu biennale des antiquaires pierres précieuses monet piece unique

Collier Monet par Anna Hu Haute Joaillerie ©BérengèreTreussard2017

L’édition de la Biennale des Antiquaires 2017 a accueilli pour la première fois la créatrice chinoise de haute joaillerie Anna Hu. Artiste habitée par une vibration musicale forte, elle a éblouit la Biennale des Antiquaires avec des créations uniques, bucoliques et oniriques inspirées de l’art et des cultures française et chinoise.

En effet, après avoir embrassé une carrière de musicienne, elle rejoint la création joaillière pour notre plus grand plaisir. Inspirée également par son nom qui veut dire papillon en chinois elle nous ravit de ses pièces uniques parées de sublimes gemmes.

broche papillon Anna Hu diamants pierres précieuses tourmalines biennale des antiquaires

Broche Papillon Anna Hu Haute Joaillerie ©BérengèreTreussard2016

Nous l’avons rencontré à Paris pendant la Biennale des Antiquaires, femme forte et haute en couleurs, elle a avant tout, la musique dans le sang.

Anna Hu ou la musique dans le sang

Bonjour Anna Hu, comment a commencé votre histoire d’amour avec la haute joaillerie ?

J’ai l’intime conviction que c’est le destin ! Je suis issue de la seconde génération d’une famille de gemmologues. Mon père était passionné par les diamants, rubis et saphirs et ma mère par les perles. J’ai l’habitude de dire que je jouais avec les pierres précieuses plus qu’avec les oursons en peluches lorsque j’étais enfant !
Malgré cet environnement familial merveilleux, j’ai choisi d’étudier la musique classique dès mon plus jeune âge pour devenir violoncelliste professionnelle. Je suis alors allée aux Etats-Unis dans l’un des meilleurs établissements secondaires d’art appliqué, la Walnut Hill School à Boston. J’ai eu la chance d’être immergée dans un campus tourné exclusivement vers l’art. A cette époque, j’étais concentrée sur mon objectif de devenir une des meilleures violoncellistes et je m’exerçais quotidiennement de l’âge de 5 à 20 ans. Malheureusement, j’ai dû mettre fin à ma carrière suite à une blessure.
Encouragée par mon père qui rêvait de me voir reprendre l’entreprise familiale, j’ai repris des études de gemmologie et de design et obtenu ainsi 5 diplômes en 7 ans. Je trouvais cela tellement facile et évident ! J’avais la possibilité de poursuivre ma quête de la perfection par la création de bijoux ! Et voilà comment a commencé ma seconde vie

Bracelet Anna Hu diamants rose cut biennale des antiquaires haute joaillerie masterpiece rubis onyx diamants diamants noirs

Bracelet Tree of Life Anna Hu Haute Joaillerie ©BérengèreTreussard2016

Vous avez travaillé pour Harry Winston, Christie’s et Van Cleef & Arpels, que retenez-vous de ces expériences ?

Ces expériences font partie de mes fondations et de mon voyage initiatique en joaillerie. J’ai longtemps considéré Maurice Galli (Harry Winston) ou Dominique Rivière comme des mentors. Maurice Galli m’a appris comment penser en français ! Ces collaborations influencent mon travail qui est devenu la synergie entre les cultures française et chinoise. Je mélange et associe 5000 ans de l’histoire chinoise extrêmement riche avec tout le savoir-faire incroyable de l’artisanat français pour en faire des créations totalement originales et uniques.

Comment votre passion pour la musique influence votre travail ? Ecoutez-vous de la musique lorsque vous créez ?

Je ne crois pas que la musique m’aide à créer mais il est vrai qu’elle est en moi constamment. La musique coule dans mes veines. Je me sens détendue et libre lorsque j’écoute de la musique.
J’écoute tous les compositeurs de musique classique de Bach à Stravinsky avec une petite exception pour le tango de Piazolla que je trouve très inspirant et énergisant. La musique est si profondément ancrée dans mon cœur que je ne pourrais vivre sans ! Je n’ai pas besoin d’autre stimulant! Avez-vous déjà vu un compositeur de musique classique drogué ? La richesse et la sophistication de la musique classique sont amplement suffisant…

broche Anna hu aigue marine pierres précieuses diamants biennale des antiquaires

Broche Anna Hu Haute joaillerie ©BérengèreTreussard2016JPG

Quelles sont vos autres sources d’inspiration ?

Je crois que tout artiste contemporain devrait avoir sa propre vision. Lorsque je crée un bijou, je ferme les yeux et j’écoute mon cœur. Je ne le fais pas en ayant une référence ou un désir particulier. Cela dit, mon éducation, ma culture, mes expériences sont autant de ressources absorbées qui font désormais partie de mes éléments créatifs.

Anna Hu, femme forte haute en couleurs…

Quelle est la pièce la plus emblématique de votre travail ?

Je suis comme un diamant aux multiples facettes et chacune de mes créations est unique. Mais tout le monde adore la collection Monet. J’ai créé cette pièce juste après avoir quitté Harry Winston avec un désir très fort de liberté. Je me suis sentie illuminée par le romantisme de Monet qui transparait dans cette collection originale. Je me souviens de chaque pierre alors que j’étais en train de créer la première pièce en écoutant Debussy. J’ai dessiné les courbes du collier en référence à la rivière du jardin de Monet.

Vous présentez votre premier opus, le second sera publié l’an prochain, est-ce important pour vous de laisser votre empreinte dans l’histoire ?

Nous avons décidé de publier une série de 10 livres à raison d’un opus tous les cinq ans en référence à Beethoven.
Il souffrait terriblement à tel point qu’il n’a pas pu terminer sa 10ème symphonie. Alors qu’il était au plus mal, il a composé l’une des plus belles musiques que ce monde ait connues et cela me touche au plus profond de mon cœur. Pour moi c’est vraiment le but de la vie. C’est peut-être idéaliste mais j’aimerais que mon voyage artistique puisse durer 50 ans.

Avez-vous d’autres rêves ?

J’ai d’autres passions : j’adore cuisiner et si j’avais plus de temps libre, j’aimerais devenir un grand Chef. Je mélangerais les cuisines française, italienne et espagnole. Ce qui est formidable avec la cuisine c’est que vous voyez le résultat de votre travail dans la journée, le rapport au temps est beaucoup plus long en joaillerie.

Bague Anna hu diamants rubellite or saphirs roses masterpiece bijoux haute joaillerie biennale des antiquaires

Bague rubellite, saphirs et diamants Anna Hu Haute Joaillerie ©BérengèreTreussard2016

Quels sont vos projets à part votre second opus ?

Et bien, inspirée par ma fille, j’ai défini un merveilleux concept. Je souhaite créer une large variété de bijoux pour chaque âge mais uniquement pour les femmes. En effet, excepté pour Moussaeif, il y a très peu de femme à la tête des entreprises de haute joaillerie, secteur dominé par les hommes occidentaux. J’ai le sentiment que je dois faire quelque chose à mon niveau pour les femmes. Le monde a besoin de nous !

Portrait Anna Hu collier monet gemmes masterpiece haute joaillerie

Portrait de la créatrice Anna Hu avec une de ses plus belle pièce le collier Monet à la Biennale des Antiquaires 2017 ©BérengèreTreussard2017

Merci Anna Hu pour ce moment si précieux en votre compagnie, nous étions plus fortes et fières de compter parmi les créatrices de haute joaillerie, une nouvelle fois, une femme forte et déterminée, inspirée et inspirante, créative et charismatique mais aussi amoureuse de la culture française.

N’hésitez pas à suivre son travail sur sa page Facebook Anna Hu Haute Joaillerie et si vous le pouvez à collectionner ses bijoux car cette artiste n’a pas fini de faire parler d’elle !

Anna Hu Haute Joaillerie

Pour tous renseignements : info@anna-hu.com

  –ooOoo–

bijou diamants poire marquise haute joaillerie

Forget-Me-Not, nouvelle collection d’Harry Winston

bijou diamants poire marquise haute joaillerie collection Forget-Me-Not

Collections joaillerie avec le collier Forget Me Not de la nouvelle collection d’Harry Winston

Depuis le rachat par le Swatch Group du célèbre et mythique joaillier New Yorkais Harry Winston, on attendait avec impatience la sortie de nouvelles collections de bijoux. Harry Winston nous a en effet habitué depuis quelques années à de magnifiques montres révélant savoir-faire et métiers d’art à la fois recherchés et réputés, nous trépignions néanmoins d’impatience pour les bijoux !

Outre les pièces de haute joaillerie et les pierres exceptionnelles qui ne sont dévoilées qu’aux clients privilégiés, nous attendions une collection qui nous fasse complètement craquer…

Forget-Me-Not : collection florale et amoureuse

C’est chose faite avec la nouvelle collection de joaillerie Forget-Me-Not inspirée par la nature et plus particulièrement par la fleur de myosotis sauvage qui s’inscrit dans la tradition de la Maison. Poésie Harry Winstonnienne célébrant le mariage de pierres sublimes avec la beauté de la nature pour des jardins que la Maison veut exceptionnels.

collier Forget-Me-Not diamants blancs Harry Winston

Collier en diamants de la collection Forget-Me-Not d’Harry Winston

Forget-Me-Not porte également un message particulier et se traduit « Ne m’oubliez pas ». Ce nom s’inspire d’une légende poétique et amoureuse entre un chevalier et sa dame se promenant le long d’une rivière. Tandis que le chevalier se pencha pour cueillir une fleur, son armure lui fit perdre l’équilibre et il tomba à l’eau. Alors qu’il était en train de se noyer, il lança la fleur vers sa dame en criant « Ne m’oubliez pas! »

Message fort d’amour et d’espoir incontestable….

Double message donc pour cette collection qui réinterpréte l’élégante silhouette gracile de la fleur de myosotis et la décline si joliment en sept bijoux : collier, pendentif, boucles d’oreilles, bracelet, bague et gracieux charm.

bague collier Forget-Me-Not diamants

Collier et bague Forget-Me-Not Harry Winston en diamants.

Forget-Me-Not : collection tout en diamants

Le diamant est la signature ultime de la Maison Harry Winston. Son savoir-faire unique pour sertir de manière invisible le diamant afin que visuellement on puisse imaginer qu’il est simplement posé sur la peau pour en révéler toute sa beauté.

Savoir-faire qui se retrouve dans cette collection Forget-Me-Not à la fois classique et intemporelle. Symbolique forte du diamant qui se veut éternel et qui traverse les époques et les âges en restant sublime.

Poires, brillants, marquises, toutes les tailles de diamants sont harmonieusement ajustées pour donner à cette collection florale une touche résolument moderne et tendance.

On craque pour ces boucles d’oreilles hyper-tendance transformables en deux paires de boucles d’oreilles. Une paire à porter dans la journée très florale et une paire très habillée pour le soir. A porter avec la bague et une simple petite robe noire… Magnifique !

boucles d'oreilles Forget-Me-Not en diamants

Boucles d’Oreilles Forget-Me-Not Harry Winston en diamants

Avec ce motif intemporel, indémodable, tout en diamants, cette collection fidèle à la Maison Harry Winston constitue une façon originale de déclarer sa flamme subtilement…. Bague de fiançailles, collier pour une naissance ou un anniversaire de mariage…. Tout est dit !

Harry Winston 

29 Avenue Montaigne 

75008 Paris 

www.harrywinston.com

bague gemmes cocktail citrine amethyste or créateur

On craque pour les bijoux de la coloriste Isabelle Langlois…

bague gemmes cocktail citrine amethyste or créateur

Bague de la nouvelle collection Pétale d’Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Avec un grand père lapidaire, fournisseur de toute la place Vendôme et un père, reconnu comme étant l’un des plus grands experts en gemmes de couleur, fondateur de l’Association Française de Gemmologie, on peut penser que la voie était toute tracée pour la coloriste Isabelle Langlois.

Passionnée dès son plus jeune âge, cette créatrice de talent a dû s’imposer dans ce milieu masculin avant de pouvoir créer sa propre ligne de joaillerie et connaître à son tour, un succès bien mérité.

Portrait d’une femme haute en couleur que nous avons rencontrée dans la boutique décorée par ses soins, au 12 rue de la Paix.

Bague coloriste de créateur en or blanc et pierres précieuses blanche et rose joaillerie

Bague Plume Blanche avec rubellite et pierres fines et précieuses Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Isabelle Langlois, née dans les pierres… 

Isabelle Langlois, vous êtes l’héritière d’une famille de lapidaires jurassiens, la passion des pierres de couleur est une histoire de famille : votre parcours en a-t-il été facilité pour autant ?

Et bien pas vraiment ! A l’issue de mon école de commerce, j’avais jeté mon dévolu sur l’entreprise de ma tante, Catherine Vassort qui dirigeait alors d’une main de maître les ateliers de haute joaillerie Vassort. Ma tante était une merveilleuse incarnation de la « Femme Parisienne », élégante, passionnée et passionnante. A cette époque, le secteur connaissait une véritable euphorie grâce à la clientèle venant du Moyen Orient et j’avais vraiment très envie d’apprendre mon métier au sein de cet atelier reconnu dans le monde entier pour ses collaborations avec les plus grandes Maisons de la place Vendôme comme Van Cleef & Arpels ou Boucheron, etc… Mes oncles s’y sont opposés dans un premier temps et j’ai donc fait mes classes au sein du groupe Condé Nast avant de rejoindre les ateliers Vassort quelques années plus tard faisant fi de l’interdiction familiale et avec le consentement de ma tante.

Qu’avez-vous retenu de cette expérience ?

J’en garde encore un regard émerveillé sur le savoir-faire exceptionnel et la dextérité des artisans travaillant à l’atelier. Je me souviens d’un collier en or et diamants de couleur destiné à la seconde épouse du Sultan de Brunei, sur lequel est intervenu manuellement le chef d’atelier pour ajuster le sertissage des pierres avec une maîtrise totale sans abimer ni les sertis ni les en-maillages, j’ai été bluffée. J’ai aussi le merveilleux souvenir d’avoir dessiné pour Jean Puyforcat une ligne de bijoux très années 30, en or, argent et pierres dures, qui serait très tendance aujourd’hui !

Quand avez-vous décidé de créer votre propre marque ?

Après la naissance de mon second enfant, en 1992, j’avais acquis suffisamment d’expérience pour lancer ma propre entreprise. J’ai commencé à créer mes premiers bijoux en utilisant des pierres provenant de fins de lots approvisionnés par mon père pour des commandes spéciales. Les premières années, je travaillais en parallèle pour H.Gringoire à la création, le temps que mon entreprise prenne son envol. H.Gringoire était alors dirigé par une femme de tête, Françoise Betschart, qui m’a fait confiance et accordé une grande autonomie. Je me souviens qu’elle m’a fait un très joli compliment : « J’ai recruté une Ferrari, maintenant il va falloir tenir le manche ! ». Tout au long de ma carrière, j’ai eu un grand plaisir à collaborer avec des femmes formidables et fortes de la profession comme Françoise ou encore Brigitte Pery.

Quels sont vos premiers souvenirs autour des gemmes de couleur ?

Mon premier souvenir remonte à mes 6 ans, je me souviens d’un coffret en velours noir que nous avions découvert en secret avec mon frère. Lorsque nous avons ouvert cette boîte en retenant nos souffles, nous apprêtant à découvrir un trésor, sont apparues 3 pierres de couleur : 1 chrysobéryl et 2 rubis birmans de 15cts ! Quel effet, quelle découverte fabuleuse pour des yeux émerveillés d’une enfant de 6 ans. Ces pierres se sont révélées être des pierres synthétiques mais depuis je voue une grande passion aux chrysobéryls !

J ‘ai aussi le souvenir de mes visites à l’atelier de lapidaire avec mon grand-père et de l’excitation éprouvée lorsque le brut taillé révèle enfin l’éclat et la couleur des gemmes. C’est absolument magique et unique comme expérience.

Votre premier bijou ?

J’ai créé mon premier bijou lorsque j’avais une dizaine d’année à l’occasion d’une pièce de théâtre de l’école pour laquelle j’avais confectionné des ailes de rossignol avec des émeraudes et des aigues-marines. J’adorais déjà mélanger les pierres, faire des associations de couleur et créer une harmonie. Une coloriste en herbe.

Isabelle Langlois, créatrice de talent

Comment travaillez-vous ? Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Parfois les pierres sont source d’inspiration. Les idées surgissent à tout moment. Alors, je les note sur un petit carnet dont je ne me sépare jamais. J’adore jouer avec les pierres et les couleurs depuis ma plus tendre enfance, c’est une deuxième nature pour moi. Je suis inspirée par la nature et sa beauté. Les fleurs m’inspirent tout particulièrement pour leur message universel et sont à la base de la plupart de mes créations. Je veux pouvoir m’émerveiller, la nature et le monde m’enchantent encore et j’espère que cela transparait dans mes bijoux.

collier papillon en pierres précieuses coloriste joaillerie paris or jaune

Collier papillon en quartz Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Comment sélectionnez-vous vos pierres ? Votre dernier coup de cœur ?

J’ai la chance d’avoir mon frère, Emmanuel Piat, qui source de très belles pierres merveilleusement taillées. Je sélectionne les pierres en fonction de mes envies mais je fais également en fonction du marché et des tendances. J’adore les opales, les calcédoines violettes, les grenats rhodolites, les saphirs jaunes et bien entendu les chrysobérils. Je marie les pierres et les couleurs pour en faire de jolis bijoux gourmands et gais. La couleur c’est la vie et j’ai envie que mes clientes puissent mettre de la couleur et de la gaieté dans leur vie avec mes bijoux.

Quels conseils donneriez-vous aux particuliers qui souhaitent acheter des pierres de qualité ?

L’achat de pierres est devenu de plus en plus difficile. Je conseille de s’en remettre aux professionnels afin de s’assurer de l’authenticité des gemmes. Cela n’empêche pas de céder à ses coups de cœur et de se faire plaisir s’il ne s’agit pas d’un investissement. Pour ma part, je propose un choix de pierres gemmes que je sélectionne et source avec un soin tout particulier de manière à ce que mes clients aient toujours une très belle qualité qui valorise leur bijou.

A qui s’adressent les bijoux Isabelle Langlois ? Qu’est-ce qui fait leur singularité ?

Mes bijoux s’adressent aux femmes de caractères, sures de leur goût et sensibles aux belles pierres ainsi qu’au mélange de couleur que je propose dans mes collections. Mon héritage familial m’oblige à accorder une grande importance à la taille des pierres, ce savoir-faire indispensable à la pierre de couleur qui en révèle toute la beauté. Mes bijoux sont accessibles et une femme peut se faire plaisir raisonnablement. J’ai mis tout en œuvre afin que les femmes se sentent bien et accueillies dans mon écrin du 12 rue de la Paix.

Isabelle Langlois, coloriste de caractère

Parlez-nous de vos nouvelles collections :

Après « sac de billes » l’année dernière qui a remporté un beau succès, je lance deux nouvelles collections dont je suis fière. La collection « Pétale » qui est inspirée du pétale de la fleur de géranium.  Elle a déjà beaucoup de succès : c’est une collection qui me correspond, pour une femme active, facile à porter, confortable avec un design moderne très apprécié. Mes clientes asiatiques en raffolent mais je vois que vous n’y êtes pas insensible non plus ?

Bague de coloriste joaillerie géranium paris colorée tourmaline et or jaune fiançailles cocktail

Bague Pétale en tourmaline verte et rose Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Et la collection « Plume » qui se porte avec ou sans plume que j’ai agrémentée de vraies plumes très facile à enlever et à remettre, toujours très colorées et qui évoque la gaieté et la joie de vivre comme tous mes bijoux.

Bague paon plume coloriste joaillerie cocktail joaillerie créateur français Paris

Bague plume vert-bleue avec une tourmaline verte et des pierres fines et précieuses Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Vous avez relancé l’année dernière une collection « access », la collection Ange, avec des versions tout or et tout argent : est-ce là un changement de stratégie ?

Lorsque j’ai créé ma marque, j’avais déjà pour objectif de faire des bijoux très accessibles que toutes les femmes puissent s’offrir. Je trouve que cette ligne est pleine de sens, elle représente « l’ange gardien ». Elle est facile à porter, symbolique et permet de faire plaisir en toute occasion. Pour une naissance, un amour (ça change du cœur et c’est bien plus fort), un moment important comme les 15 ans, les 18 ans ou les 20 ans d’une jeune fille. C’est comme un talisman ou un porte bonheur. Je porte toujours un petit ange sur moi quoi qu’il arrive, il me porte chance et certaines personnes y voient également l’occasion de porter des pierres et des énergies comme en litothérapie.

Vous animez régulièrement des ateliers de gemmologie destinés aux enfants, est-ce important pour vous de transmettre votre passion ?

Comme j’ai découvert les gemmes dès mon plus jeune âge, je comprends la fascination que l’on peut éprouver très jeune pour les pierres et la gemmologie. J’ai beaucoup de plaisir à animer ces stages avec l’Association Française de Gemmologie, les enfants sont très enthousiastes et sont déjà tout jeune très exigeants ! Nous entamons une septième session aux vacances de la Toussaint du 23 au 25 octobre 2017 et nous espérons découvrir de nouveaux petits génies intéressants et intéressés !

Vos collections sont distribuées dans plus d’une centaine de points de vente sur tous les continents, quels sont vos projets à plus ou moins long terme ? Les prochains rendez-vous ?

Nous participerons au salon international à Hong Kong et Vicenzaoro en septembre 2017. De manière générale, nous souhaitons renforcer notre présence au Japon et en Chine et je n’hésite pas à me déplacer pour aller rencontrer mes clients.

Pendentif en or jaune et turquoise createur français joaillerie paris coloriste joaillerie

Pendentif Pétale en turquoise et pierres fines Isabelle Langlois ©BérengèreTreussard2017

Merci Isabelle pour ce moment unique, et bravo pour vos créations que nous adorons chez Like a b depuis plusieurs années déjà ! Ces associations de couleurs qui font de vos bijoux, des bijoux uniques et reconnaissables entre tous. Vous avez un talent incontestable de coloriste et les pierres que vous utilisez sont d’une grande qualité . Nous avons craqué pour la collection Pétale si facile à porter mais également pour toutes vos bagues acidulées qu’on rêverait de pouvoir porter et changer tous les jours.

Isabelle Langlois

12 Rue de la Paix – 75001 Paris 

contact : +33 (0)1 42 46 75 00

La boutique est ouverte le lundi, sur rendez-vous  et du mardi au samedi, de 11h à 19h

  –ooOoo–
coloriste joaillerie femme française talent

Isabelle Langlois, créatrice joaillière et coloriste

Article sponsorisé

papillon email cours d'émail argent

Une journée à l’Ecole des Arts Joailliers

papillon email cours d'émail argent Ecole des arts joailliers

Papillon réalisé après le cours sur l’émail à l’Ecole des Arts Joailliers de Van Cleef and Arpels ©BérengèreTreussard2017

Qui n’a pas rêvé d’en savoir un peu plus sur la joaillerie et de s’immerger le temps d’une journée ou plus dans l’univers feutré de la Place Vendôme  ?

Une école des arts joailliers dédiée à l’histoire du bijou et au monde des pierres

L’Ecole des Arts Joailliers Van Cleef & Arpels met à votre portée ce rêve d’enfant et confronte néanmoins ses élèves au difficile art joaillier pour en faire réaliser toute sa valeur.

Créé sous l’impulsion de Nicolas Bos qui souhaitait mettre en avant le savoir-faire des arts joailliers et peut-être aussi susciter des vocations, l’Ecole fête cette année ses 5 ans. Toujours en partenariat avec le Musée des Arts Décoratifs, elle propose ainsi des visites au Musée pour illustrer ses cours.

En effet, elle propose aujourd’hui 20 cours différents sur les trois principaux axes : l’Histoire du bijou, le savoir-faire et le monde des pierres.

J’ai testé pour vous avec bonheur une journée à l’Ecole des Arts Joailliers de Van Cleef & Arpels.  A faire seule ou à deux, à offrir à votre amoureux ou à partager avec une bonne copine, une idée d’EVJF un peu ludique et pédagogique ou une sortie entre copines placée sous le signe du luxe et de la volupté. Mais nous n’avons pas dit que vous n’alliez pas travailler ! Pardon… Vous amuser !

J’ai débuté ma journée par un cours d’initiation à la bague de fiançailles, thème de saison… Ce cours est proposé à tous les amoureux qui envisagent de se fiancer pour vous éclairer sur la bague de fiançailles avec trois professeurs : une historienne de l’art, une gemmologue et une main d’or de l’atelier Van Cleef & Arpels.

Après un rappel historique de l’histoire de la bague de fiançailles, nous partons pour une initiation au pays des diamants et des pierres précieuses avec une gemmologue qui vous éclairera sur le choix d’une pierre. Le voyage initiatique se termine par la technique : Or ou platine ? Quel serti ? Maxime le super ouvrier de la maison Van Cleef répondra à toutes vos questions sur le sujet et vous expliquera également le métier de polisseur.

Une école des arts joailliers dédiée au savoir-faire

La deuxième partie de la journée s’organise autour d’un cours sur l’email avec une historienne et une émailleuse, Marie Orbelin. D’où vient l’email, comment le fabrique t-on et ensuite comment fait-on pour émailler une pièce de joaillerie en argent ?

Le difficile choix des couleurs : opaque ou translucide. L’application difficile sur la pièce de métal, le passage au four, dans un bain à ultra-sons et le résultat … La satisfaction du travail accompli après plusieurs heures de concentration intense. Un cours à recommander.

cours emaillage papillon argent email art joailliers

Préparation à l’émaillage cours à l’Ecole les Arts Joailliers de Van Cleef and Arpels ©BérengèreTreussard2017

La prochaine fois je prendrais le cours de gouaché ou l’art de dessiner un bijou mais j’hésite encore avec le cours sur la laque, la réalisation d’une maquette, l’appréhension de la cire et la pratique des techniques de serti…. ça en fait des journées d’amusement!

Oui, j’ai passé un excellent moment au sein de cette école et je vous conseille vivement de vous inscrire à quelques cours, vous ne regarderez plus un bijou de la même façon, croyez-moi !

cours école des arts joailliers sur l'émaillage

Résultant de l’émaillage après le passage au four ©BérengèreTreussard2017

Voici à titre indicatif, quelques cours qui pourront vous intéresser, vous pouvez aussi réserver les cours directement sur le site et même acheter des bons cadeaux  :

La bague de fiançailles : 2h30 – Prix : 100 euros

Le bijou et les émaux grand feu : 4 heures – Prix : 200 euros

Le gouaché en haute joaillerie :

  • la lumière : 3 heures – Prix 200 euros
  • la couleur : 3 heures – Prix 200 euros

 Histoire et bijoux : de l’Ecole au musée : 3 heures – Prix : 100 euros

La laque japonaise : 4 heures – Prix 200 euros

Du dessin à la maquette : 4 heures – Prix 200 euros

Projet en cire et techniques de serti : 4 heures – Prix 200 euros

Découvrir les pierres : 4 heures – Prix 200 euros

Reconnaître les pierres : 4 heures – Prix 200 euros

L’Ecole des Arts Joailliers 

www.lecolevancleefarpels.com

31 Rue Danielle Casanova

75001 Paris

collier chocker or jaune saphirs et diamants collection joaillerie haute joailerie

Tajan, expert de la Maison René Boivin

collier chocker or jaune saphirs et diamants collection joaillerie vente aux enchères haute joailerie

Collier torque 1975-1980 René Boivin saphirs et diamants ©BérengèreTreussard2017

La Maison Boivin est souvent à l’Honneur chez Tajan. En effet, encore une fois, onze bijoux René Boivin sont présentés à la vente les 20 et 21 juin 2017 pour Paris Precious Week. Les ventes de prestige de la Maison Tajan regroupent notamment cette année des bronzes (Rodin),  peintures (Chagall, Picasso, Renoir, Pierre Soulages..), dessin (Léonard de Vinci), montres, mobilier exceptionnel et bien sûr bijoux exceptionnels.

Nous n’avons pas pu résister à la tentation d’interroger l’expert ès bijoux de la Maison Tajan, Monsieur Jean-Norbert Salit qui nous fait le plaisir de répondre à quelques questions sur cette vente qui présente également des pierres extraordinaires.

Maison Tajan, experte du bijou René Boivin 

Réunir 11 pièces signées René Boivin dans la même vente, une jolie prouesse Monsieur Salit ?

 

Il s’agit en effet de 11 pièces d’une Maison très recherchée car la Maison René Boivin est devenue une sorte de mythe de la joaillerie. La Maison Tajan a déjà présenté à la vente 240 bijoux Boivin depuis 2005. Nous sommes très heureux de la confiance que nous accordent les collectionneurs pour vendre leurs pièces favorites et notamment les 8 collectionneurs qui nous ont confiés les 11 bijoux présentés à la vente aux enchères qui aura lieu les 20 et 21 juin prochain.

Vous êtes l’expert incontesté des bijoux René Boivin, la Maison Tajan est donc devenue l’experte naturelle de cette Maison de renom ?

 

Selon la formule, il faut rendre à César ce qui lui appartient : j’ai eu la grande chance de travailler pendant 20 ans aux cotés de Françoise Cailles et ainsi de pouvoir élaborer avec elle, en grande partie, le livre de référence sur la Maison René Boivin paru en 1992 qui est aujourd’hui quasiment introuvable. De ce partenariat fructueux, nous avons conservé l’intérêt des collectionneurs de René Boivin pour notre Maison.

De quel autre créateur, souhaiteriez-vous être une Maison de référence pour les collectionneurs  ?

 

Suzanne Belperron sans hésitation ! Ce qui est fascinant dans notre métier, c’est qu’une grand partie des bijoux réalisés dans la première moitié du XXème siècle n’étaient pas signés. Madame Boivin considérait en effet que son style serait reconnu entre tous ! Même si l’authentification est donc une chose peu aisée nous avons heureusement des faisceaux d’indices comme les noms des fabricants dont la liste figure dans le livre de 1992 pour nous aider à authentifier les bijoux. Je reconnais que j’ai eu beaucoup de chance dans ma carrière d’avoir vu autant de pièces exceptionnelles.

Saphir bleu ceylan non chauffé ventes aux enchères haute joaillerie

Bague chevalière dome 4,70 saphir bleu ceylan non chauffé, diamants et or jaune René Boivin des années 1975-1980 ©BérengèreTreussard2017

Comment le mythe de la Maison Boivin s’est créé selon vous ?

 

La création du mythe est assez complexe. Comment imaginer le destin de cette Maison élitiste qui, pendant 80 ans, concédait à vous recevoir au premier étage de l’avenue de l’opéra, prenait votre commande sur un petit carnet sans vous préciser ni le délai de livraison, ni le bijou souhaité ? Une Maison qui a pourtant sans conteste laissé une empreinte et un style singulier dans l’histoire de la joaillerie et qui jouit aujourd’hui d’une reconnaissance exceptionnelle dans le monde de l’art.

Il faut également rendre hommage à Françoise Cailles qui a participé au mythe, et sa rencontre avec le dernier propriétaire, Jacques Bernard. Il a su conserver l’ADN de la maison tout en apportant sa vision et a ainsi transmis indirectement ce beau patrimoine historique en nous laissant écrire le livre.

Le mythe se crée aussi par l’inventivité sans cesse renouvelée. A chaque période, il y a des formes qui ont été à l’avant-garde du moment et qui sont encore des sources d’inspiration pour beaucoup. Contrairement à la tendance actuelle, il ne s’agit pas de donner l’illusion de créer une ligne qui fasse des ravages en très peu de temps. Il n’y a pas de recette miracle pour créer des bijoux dont le succès dépasserait les modes. 

La Maison Boivin s’est construite sur 80 ans de création sans céder au diktat du marketing et en se renouvelant constamment.

Maison Tajan, le bijou objet d’art

Qu’est-ce qui fait des bijoux René Boivin des bijoux uniques ?

 

Le bijou René Boivin est unique parce qu’il est « amodal ». En dehors de toute mode, de toute référence, intemporel.

Pour les puristes, la joaillerie c’est l’art de faire tenir les 4 pierres précieuses entre elles. Utiliser le diamant et les 3 précieuses ( rubis, saphir et émeraude) comme éléments phares. On distinguait au XIX ème la bijouterie en or de la joaillerie en pierres précieuses.

Pour les bijoux René Boivin , on ne parle  pas de joaillerie mais  bien de bijoux ornementaux extrêmement décoratifs avec une architecture très fine, une bijouterie créatrice enrichie, un bijou sculpture en quelque sorte. Un bijou pièce d’art. Un bijou à transformation toujours novateur.

bijou collection joaillerie or jaune boucle d'oreilles

Paire de clips créoles René Boivin en cristal de roche ©BérengèreTreussard2017

Dans le bijou René Boivin, il y a beaucoup plus d’affect que de transgression. La nature est stylisée. Comme Chez René Lalique, même si c’était très nouveau, c’était parfaitement intégré chez René Boivin. Privilégier la couleur des gemmes plutôt que leur haute qualité. Cela fait partie de la culture française, on fait du précieux sans forcément utiliser des pierres très chères et on joue sur les variations de couleur.

Pour exemple, l’iconique broche en forme de botte de radis qui est extrêmement moderne pour l’époque.

olivine diamant rhodocrosite

Broche Botte de radis en rhodocrosite, diamants et Olivine René Boivin Photo du livre de Françoise Cailles

Il y a également une production rare, sur mesure, nourrie de l’imaginaire collectif et des clients évoluant dans un monde plus intellectuel que le nôtre.

René, Suzanne et Jacques Boivin ont su dire non au diktat de la mode : ils n’ont copié personne, ils sont « amodal », ils n’ont pas pris les modèles du temps pour privilégier le travail de création et c’est en cela que les créations sont uniques.

Parlez-nous d’un des bijoux de Boivin à la vente lors de Paris Precious week les 20 et 21 juin Prochain ?

 

bague diamant rectangulaire or jaune collection joaillerie haute joaillerie vente aux encheres

Bague articulé René Boivin 1970 en or jaune et diamants ©BérengèreTreussard2017

En dehors de toute considération sur la valeur, la bague articulée très novatrice est une autre facette de la maison Boivin : elle a été conçue pour la propriétaire uniquement. Elle seule sait que l’anneau est mobile. Sur cette bague, le diamant rectangulaire à pans coupés et taillés à degrés en fines sertissures est bordé de deux larges moulures en or jaune. La pierre est magnifique et accompagnée d’un certificat du laboratoire LFG énonçant selon son opinion : couleur N-R pureté VS2. Cette bague des années 70, comme une bague de haute fantaisie est pleinement dans le jeu de la discrétion et de l’intimité du rapport de cette bague qui n’a d’intérêt et de luxe que pour la propriétaire (cf. Exposition MEDUSA) et qui arrive à rendre visible une grande pierre sans être ostentatoire.

La Maison Boivin est dans cet esprit là, elle aime le jeu caché, comme la broche mythique caméléon de Jacques Bernard, sa langue sert à faire pivoter son corps et à changer de couleur. C’est moderne et intemporel à la fois. Les bijoux de la jonction entre Madame Boivin et Monsieur Jacques Bernard sont  pour moi des oeuvres inoubliables.

broche or rubis et émeraude transformable

Broche Caméléon Réne Boivin photo du livre de Françoise Cailles

Y-a- t-il un avenir pour les collectionneurs de René Boivin ?

 

Mais certainement ! L’avenir est lié à l’accident, la bonne surprise que créé l’arrivée de bijoux moins connus sur le marché. La discrétion de cette Maison qui ne faisait pas étalage de ses créations nous réserve encore de bonnes surprises et de jolis trésors que je souhaite vivement encore pouvoir découvrir. Il y a aujourd’hui un passé de collectionneurs mais également un avenir dans la découverte de nouvelles pièces autour d’un intérêt grandissant pour porter des bijoux anciens, porteurs de l’histoire de leurs propriétaires mais aussi de l’histoire d’une Maison mythique.

Historiquement, la vente Windsor 1987 est pour moi le tournant de cette prise de possession des collectionneurs et de cette folie qui est : « Je veux un morceau de cette identité ! » Les bijoux signés de créateurs se sont alors révélés dans un autre marché que le bijou anonyme, sur le marché de l’art.

Avec la Maison Tajan, nous essayons d’élever le bijou à un objet d’art.

collection bijoux vente aux enchères joaillerie

Paire de clips d’oreilles en cristal de roche Or jaune et Saphir 1980 René Boivin ©BérengèreTreussard2017

Vous avez également quatre pierres exceptionnelles présentées lors de cette vente, pouvez-vous nous en dire plus ? 

Nous avons l’habitude aussi chez Tajan de vendre des pierres exceptionnelles. La reconnaissance intra professionnelle est formalisée par le biais d’un ou deux grands laboratoires dont l’autorité est indiscutable, nous vendons des pierres avec des certificats.

Nous allons d’ailleurs présenter un diamant coussin de taille ancienne de 9 carats accompagné d’un certificat du Laboratoire SSEF énonçant selon son opinion : couleur naturelle Fancy Light Yellow, pureté VS1 estimé 50000 à 60000 euros. J’insiste sur la taille ancienne de 9 carats qui nous donne la certitude que ce diamant de couleur élégante est un diamant que nous ne pouvons plus trouver aujourd’hui. A voir ICI

Est également présenté un diamant navette ou marquise pour les anglophones flawless de type 2A (1% des pierres dans le monde) à la manière Golconde (taux de carbone proche de 100 %) donc assez exceptionnel de 15,73 Carats. Avec un certificat du laboratoire SSEF énonçant selon son opinion une couleur L, pur à la loupe Flawless, Type IIa. On trouve des diamants de type 2A également au Brésil, en Afrique du sud au Lesotho. Ce diamant est estimé entre 200 000 euros et 250 000 euros. A voir ICI

Une bague datant des années 1900 ornée d’un magnifique saphir birman de 12 carats qui permet de dater le saphir probablement extrait dans les mêmes années. Cette bague de néo style Louis XV découlant de l’attirance de l’Impératrice Eugénie pour les modes décoratifs, illustre à la perfection ce moment de l’excellence à la française. La pierre a deux certificats, l’un du SSEF et l’autre du GUBELIN qui énoncent tous deux selon leur opinion l’origine birmane et l’absence de traitement thermique. Cette bague est estimée entre 320 000 euros et 400 000 euros.

saphir birmanie non chauffée 12 carats ventes aux enchères pierre précieuse

Bague 1900 avec saphir Birman de 12 carats non chauffé ©BérengèreTreussard2017

Et enfin une bague Van Cleef & Arpels datant des années 70 ornée d’un rubis ovale de 2,63 carats couleur sang de pigeon très rare pour une pierre de cette taille. Le rubis est accompagné d’un rapport du Laboratoire SSEF énonçant l’origine birman et la couleur « Pigeon Blood » ce qui est extrêmement rare. La bague est estimée 140 0000 euros à 180 000 euros.

rubis exceptionnel vente aux enchères Haute joaillerie

Bague Van Cleef & Arpels rubis de 2,63 carats couleur Sang de Pigeon des années 70 ©BérengèreTreussard2017

Merci Jean-Norbert Salit pour ce fort plaisant entretien qui révèle un grand amour du bijou, une passion pour les créateurs et la volonté sans cesse renouvelée d’élever le bijou au rang d’objet d’art, une culture sentimentale indéniable du bijou saluée.

Pour ma part, j’ai craqué pour cet exceptionnel collier en diamants transformable en un charmant bracelet avec des diamants essentiellement poires entre D et E datant des années 70, une pure merveille.

diamants collier bracelet haute joaillerie vente aux encheres riviere de diamants

Exceptionnel collier diamants (D-E) à transformation des années 70 ventes aux enchères Tajan©BérengèreTreussard2017

Pour consulter le catalogue c’est ICI

Pour les expositions :  

Espace Tajan – 37 rue des Mathurins – 75008 Paris
Jeudi 15 juin de 10h à 18h
Vendredi 16 juin de 10h à 18h
Samedi 17 juin de 11h à 18h
Dimanche 18 juin de 11h à 18h
Lundi 19 juin de 10h à 14h
Mardi 20 juin de 10h à 12h
Mercredi 21 juin de 10h à 12h

Pour contacter l’Expert : 

Jean-Norbert Salit Expert-joaillier, membre du Syndicat français des experts professionnels en œuvres d’art T. +33 1 53 30 30 77 salit-jn@tajan.com

Bonnes enchères !

Article sponsorisé

Croix en diamants collection Python Akillis

Akillis, haute joaillerie française de caractère

Croix en diamants collection Python Akillis joaillerie

Croix collection Python articulée en or et diamants, Akillis ©BérengèreTreussard2017

Fondée en 2007 par Caroline Gaspard, les collections de la jeune maison française de joaillerie AKILLIS ont l’audace et l’originalité de leur créatrice qui a su allier savoir-faire traditionnel et techniques d’avant-garde. Rencontre avec une aventurière des temps modernes.

AKILLIS, Maison de haute joaillerie française

Bonjour Caroline Gaspard ! Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours ?

J’ai un parcours assez atypique ! Je n’ai pas peur de dire que je suis un vrai garçon manqué ! J’aime l’adrénaline, le sport, le danger, la vitesse et les voyages. J’ai le goût de découvertes, j’aime aller vite et croquer la vie à pleines dents ! J’ai toujours aimé la mode, la décoration, apprendre et découvrir dans toute sorte de domaines. J’ai pour autant reçu une éducation plutôt stricte et traditionnelle, élevée dans la campagne du nord de la France. J’avais la pression familiale de réussir mes études. J’ai préparé les concours des grandes écoles et obtenu mon diplôme d’HEC.

Comment en êtes-vous venue à la joaillerie ?

Ma mère m’a toujours encouragé à exprimer ma créativité. Elle m’a d’ailleurs transmis son amour pour les bijoux. Je me souviens plus jeune qu’un ami de la famille, diamantaire, nous présentait des pierres dont il avait fait l’acquisition. Il me faisait souvent cadeau des petites pierres ou des fins de lots pour en faire des créations et j’en ai fait un hobby. La joaillerie est devenue ma passion mais je ne me reconnaissais pas dans l’offre traditionnelle proposée à l’époque. J’avais envie de motifs plus rock mais aussi de porter mes bijoux et non de les laisser au coffre en attendant les grandes occasions ! C’est pourquoi, dès la sortie de l’école, j’ai décidé de lancer ma propre marque, Akillis.

bracelet or blanc diamants blanc haute joaillerie française akillis

Bracelet Collection Python en or blanc et diamants, Akillis ©BérengèreTreussard2017

Vous avez créé il y a 10 ans la maison Akillis, quelles étaient vos motivations ?

Je souhaitais créer des collections sur des thèmes que personne n’avait exploités auparavant. Je n’ai jamais été dans le mimétisme. Je voulais créer des bijoux uniques pour des personnes qui n’ont pas peur d’afficher leur singularité. Par opposition à la pratique plus figée de certaines grandes maisons de haute joaillerie, je considère que chaque personne mérite d’avoir la pièce qui lui correspond le mieux. Ainsi nous avons de nombreuses demandes de personnalisation car nos clients se reconnaissent dans cette philosophie.

bague morganite diamants noir haute joaillerie fabrication française akillis

Bague haute joaillerie Cruella en or noir, diamants et morganite, Akillis©BérengèreTreussard2017

Quelles sont les valeurs que vous défendez ?

Il faut aller au bout de ses rêves et conserver un regard positif sur la vie quoi qu’il advienne ! De même, j’encourage la créativité, la liberté et l’audace bien entendu. Il ne faut pas se retourner sur sa vie avec des regrets.

Comment travaillez-vous ? Quelles sont vos sources d’inspiration ?

L’inspiration peut frapper à tout moment. Un voyage, un objet, un détail peuvent être source d’inspiration. Je suis très curieuse. Je lis beaucoup et tout m’inspire. L’idée de la collection Puzzle par exemple, m’est venue alors que je feuilletais un magazine de décoration. C’est la forme d’un miroir qui m’a inspiré pour cette collection. Pour la collection Bang Bang, c’est une séance dans un stand de tir à Moscou : habillée de cuir, j’avais des airs de James Bond Girl… Cette collection est aujourd’hui notre bestseller. Notre slogan est « wear it do not use it » ! N’y voyez aucune connotation ou revendication politique, il s’agit en réalité d’un clin d’œil à l’univers cinématographique de l’espion britannique le plus célèbre de la planète !

Comment vos expériences personnelles influencent-elles votre travail ?

Il y a effectivement des circonstances ou des moments où vos sens sont plus en éveil et donc plus propices à la création. C’est l’effet que me font les voyages par exemple. La nouvelle collection de haute joaillerie qui sortira pour les 10 ans de la maison en fin d’année, s’inspire de références ethniques et tribales liées à mes derniers voyages.

AKILLIS, maison de joaillerie audacieuse

Vos créations sont audacieuses, auriez-vous un certain goût pour la provocation ?

Les thèmes sont assumés, audacieux et parlent à tout le monde, aussi bien aux femmes qu’aux hommes. J’aime réinventer un thème classique de la joaillerie : par exemple, la traditionnelle goutte est devenue une balle, les ronds concentriques deviennent des cibles. On reconnaît l’écaille du serpent mais on ne peut distinguer la tête ou la queue de l’animal. L’écaille de serpent recouvre les bijoux de la collection Python comme une armure pour les guerrières des temps modernes que sont les femmes d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas de choquer mais de sortir des sentiers battus !

bracelet diamants or blanc haute joaillerie fabrication française Akillis

Manchette en or blanc et diamants, collection Python haute joaillerie Akillis ©BérengèreTreussard2017

Vous vous décrivez comme une aventurière, où vous ont mené vos dernières aventures ?

Mes dernières aventures m’ont mené en Afrique pour un safari en Tanzanie et au Kenya que j’ai parcouru à pied et à cheval accompagnée d’un guide Masai. C’est une expérience extraordinaire de par la proximité avec les tribus, la savane et la faune qui a été une formidable source d’inspiration pour les nouvelles créations de pièces de haute joaillerie qui sortiront en fin d’année.

Comment sélectionnez-vous vos pierres ? Votre dernier coup de cœur ?

J’achète moi-même les pierres, à des grossistes ou lors de salons professionnels mais aussi selon mes coups de cœur. C’est le cas pour un lot de tourmalines Paraïba d’une incroyable couleur bleu-vert qui m’ont inspiré pour la nouvelle collection de haute joaillerie que vous découvrirez en fin d’année  2017.

Où sont fabriqués vos bijoux ?

Toutes nos collections sont fabriquées en France, principalement dans notre atelier de Lyon. Nos artisans perpétuent un savoir-faire d’exception et utilisent aussi bien les procédés de fabrication traditionnels, comme la fonte à cire perdue que les technologies les plus pointus comme des soudeuses au laser que polisseuses à mur d’eau. Cela me permet de travailler directement la conception des pièces avec nos équipes et surtout d’assurer une qualité irréprochable pour tous nos bijoux et magnifier l’éclat des pierres que je sélectionne minutieusement.

A qui s’adressent les bijoux AKILLIS ? Qu’est-ce qui fait leur singularité ?

Nos collections offrent un large éventail de thèmes et de choix : tout le monde peut y trouver son bonheur ! Nos bijoux sont mixtes, plaisent aussi bien aux hommes qu’aux femmes et même aux plus jeunes ! Dans tous les cas, nos bijoux s’adressent aux personnes de caractère, qui assument leurs choix, aux femmes et aux hommes qui aiment se différencier tout en appréciant les beaux objets.

Bague or blanc diamants tanzanite rubellite haute joaillerie akillis

Bagues haute joaillerie Cruella or tanzanite rubellite et diamants, Akillis ©BérengèreTreussard2017

Parlez-nous de vos nouvelles collections :

J’avais envie de revisiter un thème universel qu’est l’amour d’une façon rock, loin des clichés traditionnels, en traitant également son aspect dangereux, le tout de manière unisexe.

Quelles sont les ambitions de la marque à plus ou moins long terme ? Les prochains rendez-vous ?

Nous souhaitons être reconnus comme une marque originale de joaillerie française et poursuivre notre déploiement à l’international. Nous ouvrirons, fin 2017, un nouveau flagship store à Paris, situé au 354 rue Saint Honoré. Cette nouvelle boutique nous permettra de présenter toutes nos collections et d’accueillir nos clients dans les meilleures conditions. Nous sommes heureux d’annoncer également l’ouverture d’une boutique en Russie à Moscou, au sein du centre commercial le Tsum, en fin d’année.

Enfin Akillis a d’autres projets de développement en cours avec des partenaires locaux en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. Nous participerons également à des évènements internationaux tels que le salon Couture à Las Vegas.

Akillis 

332 Rue Saint Honoré

75001 Paris 

Ouvert du Mardi au Samedi de 12h à 19h 

+ 33 (0) 1 42 96 47 20

 –ooOoo–

portrait créatrice akillis haute joaillerie française

Caroline Gaspard, créatrice de la Maison Akillis

Article sponsorisé

Bon plan pendentif plume or rose 18 carats

BON PLAN : Artus Enchères vend le stock de l’atelier Christian Bernard

pendentif plume or rose 18 carats

Pendentif Plume Ginette NY ©BérengèreTreussard2017

Habituellement, ce genre de bon plan, on le garde pour soi ! En même temps, ce n’est pas tous les jours que des marques comme Morganne Bello , Ginette NY  ou Martin Margiela vont partir à -40%  et que bijoux et pierres précieuses et fines seront bradées !

Du 16 au 20 juin 2017 : vente aux enchères unique d’un fabricant de joaillerie : 3 vacations

Christian Bernard, fabricant français de Bijoux

La maison Christian Bernard, atelier français réputé a été créé en 1973 et fabrique depuis lors des bijoux pour des marques françaises comme Morganne Bello, Ginette NY ou Margiela et des alliances et bijoux plus classiques.

pendentif en or roses monogrammé

Pendentif Monogramme Ginette NY ©BérengèreTreussard2017

Le joaillier fabricant est mis en redressement par le Tribunal de Commerce d’Evry. La societé Artus Enchères via Maître Allemand, commissaire priseur, est chargée de faire l’inventaire du stock et de le vendre lors d’une vente judiciaire.

L’occasion pour le grand public et les professionnels de faire de bonnes affaires avec des frais d’acquisition réduits par rapport à une vente aux enchères classique.

Si c’est un bon plan pour vous, c’est néanmoins assez triste pour nos ateliers français.. Un de plus… Et n’oublions pas le personnel extrêmement qualifié qui a certainement été impacté par cette nouvelle que nous souhaitons soutenir au moins par la pensée.

Trois vacations : le 17, 19 et 20 juin 2017 à l’Hotel Drouot à Paris

Trois vacations s’enchaîneront pour vendre plus de 1500 lots qui seront exposés au public le vendredi 16 juin 2017, salle 14 et salle 15 à Drouot 9 Rue drouot à Paris de 11h à 18h avec la possibilité de voir et d’essayer les bijoux.

Bagues en quartz et amethystes gourmandises

Bagues Morganne Bello ©BérengèreTreussard2017

Le 17 juin 2017 une vente de bijoux à destination du grand public avec la vente de 150 à 200 lots d’alliances or et diamants. Deux vacations le samedi, une de 11h à 12h avec des bagues en or sertis de pierres précieuses et d’importantes pierres précieuses sur papier dont trois diamants purs autour de 2 carats. Et une autre, de 13h à 18h, avec des bijoux en céramiques et des bijoux de créateurs. Catalogue de cette vente ici.

bagues et alliances en or et diamants

Lot de bagues et alliances en or et diamants ©BérengèreTreussard2017

Le 19 juin 2017, en salle 15 de 14h à 18h, c’est la vente des bijoux de Ginette NY, Morganne Bello et Martin Margiela. Une  très grande partie de la vente est consacrée à la vente des bijoux de Ginette NY en or rose 18 carats des collections Monogrammes, Poisson Carpe, Plume, Scarabée ou encore Wish  … En ce qui concerne Morganne Bello, seront vendus des bijoux de la collection Gourmandises et les fameuses pierres à monter sur les petits cordons. Catalogue de cette vente ici.

bague en or et turquoise

Bague Disc Fallen Sky Turquoise Ginette NY ©BérengèreTreussard2017

Le 20 juin 2017, en salle 15 de 11h à 12h, vente exclusive de pierres précieuses et fines en grand nombre. Vendues en lots calibrés et pesés de toutes tailles et formes mais aussi des matières telles que os, bois, corail et perles. Une vente qui est destinée aux professionnels. Catalogue de cette vente ici.

saphirs emeraudes amethystes grenat

Lot de pierres précieuses et fines ©BérengèreTreussard2017

La vente se fera au comptant avec un règlement par carte bleue virement ou chèque avec lettre accréditive de banque, espèces jusqu’à 1000 euros pour les ressortissants français et 10 000 euros pour les étrangers  sur attestation de résidence. Possibilité de récupérer la TVA pour les professionnels.

Vous  allez me dire c’est bien beau tout ça mais moi j’ai jamais enchéri et ça me fait un peu peur !

Au secours je suis nul en ventes aux enchères !

Pas de panique. Avec quelques conseils, les ventes aux enchères n’auront plus aucun secret pour vous et vous pourrez participer détendu à une ventes aux enchères en étant fier de vous !

Bon plan : une vente spéciale avec des frais réduits

  • Cette vente a des frais réduits de 14,40% ttc. Qu’est ce que ça veut dire ? D’habitude lorsque vous achetez aux enchères les frais que vous pouvez payer en sus du prix d’enchères varient entre 20 et 25% selon les maisons de ventes. Dans le cadre de la vente judiciaire, le commissaire-priseur applique un taux réduit de 14,40% comme pour les ventes du crédit municipal par exemple.

Pour enchérir, en salle ou de chez soi :

  • Soit vous vous déplacez à Drouot et essayez de vous placer en fonds de salle histoire de pouvoir sentir l’ambiance et surtout les « marchands » et professionnels qui sont souvent à cette place stratégique.
  • Soit enchérir tranquillement de chez vous devant votre ordinateur. Pour cela, il suffit de vous inscrire au moins 48h avant la vente sur drouotlive.
  • Comptez un peu près 100 lots à l’heure pour vous donner une idée de l’heure à laquelle votre lot fétiche passera et pouvoir vous préparer.

Pour bien enchérir quelques conseils :

  • Toujours aller voir les bijoux ou pierres vendues, repérer les lots  qui vous intéressent discrètement, les noter et demander à les essayer ou les voir.
  • Pour éviter la fièvre acheteuse et la crainte de se laisser déborder,  fixez-vous un prix plafond limite en pensant à ajouter les frais ! Préparer un petit tableau de correspondance avec les montants frais compris pour respecter votre budget.
  • Dans le cadre de cette vente renseignez-vous au préalable du prix public notamment pour Morganne Bello, Ginette NY et Margiela, il s’agit de faire une bonne affaire et non d’acheter au prix fort !
  • Sans regret ! Le meilleur moyen de faire des affaires c’est de se détacher. N’ayez aucun regret. Si vous vous fixez un budget maximum par article, vous ne serez pas déçu surtout si vous n’avez pas l’enchère car de toute façon vous n’aviez pas le budget !
  • Donc ne surtout pas se focaliser sur un article en particulier et le vouloir absolument ! C’est le meilleur moyen de le payer trop cher ou de ne pas l’avoir !
  • Attention, vous tremblerez au premier clic ou à la première main levée pour enchérir mais c’est addictif ! Pensez à garder un œil sur votre budget !

Hotel Drouot

9 Rue Drouot – 75009 Paris

www.drouot.com

www.artus.com

www.interencheres.com

Bonnes enchères et dites-moi ce que vous avez acheté ! 

broche or rubis perles Henryk Kaston

Exposition MEDUSA, bijoux et tabous : regard de Michèle Heuzé

broche or rubis perles Henryk Kaston

Reproduction d’une œuvre de Salvador Dalí par Henryk Kaston, Broche Ruby Lips, années 1970-80 Broche Or 18 carats, rubis, perles de culture Miami, Collection particulière © Photo : Robin Hill

L’exposition tant attendue MEDUSA a ouvert ses portes aujourd’hui au MAM ( Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris). Vous avez jusqu’au 5 novembre pour découvrir une sélection de pièces joaillières et d’avant-garde. MEDUSA questionne et ouvre un regard inédit sur le bijou et ses tabous.

Pour nous guider dans notre visite, nous avons  eu le grand plaisir de rencontrer l’historienne et grande spécialiste du bijou, Michèle Heuzé, conseillère scientifique auprès du commissaire de l’exposition Anne Dressen. Attention, vous ne regarderez plus vos bijoux de la même façon …

Le bijou est une pulsion de vie

Bonjour Michèle Heuzé, vous avez travaillé plus d’un an et demi pour préparer cette exposition, pourquoi ce nom MEDUSA  ?

Pour le regard  : on porte un bijou pour soi-même et pour être regardé. On peut être séduit ou s’interroger. Si vous ne voulez pas vous donner à voir, vous ne portez pas de bijou. En portant un bijou, vous manifestez une pulsion de vie, un besoin d’être aimé et d’appartenir à un groupe.

En effet, comme le visage de la Méduse dans la mythologie grecque, le bijou attire et trouble celui qui le conçoit, le regarde ou le porte. Et le nom Medusa est exprimé par ce regard permanent entre le monde extérieur qui nous construit et nous-même qu’il soit bienveillant ou pas.

bracelet os et dessin de chiens Medusa

Bracelet chiens de Suzanne Syz avec les portraits de tous les chiens ayant partagé sa vie- Medusa ©BérengèreTreussard2017

En quoi cette exposition est-elle unique  ? 

Pour la première fois, une exposition dans un Musée d’Art Contemporain pose les questions suivantes : pourquoi le bijou n’est-il pas investi comme œuvre artistique ? Pourquoi n’est-il pas reconnu comme artistique  lorsqu’il n’est pas réalisé par des artistes de renom ?

La réponse dans l’exposition se fait en quatre temps  : à travers l’identité et ses subversions, le bijou comme support de l’expression de soi, par sa valeur, son rapport au corps et enfin au travers des différentes fonctions et rites associés au bijou. Nous réalisons alors que trop d’investissement, trop de culture nuisent au bijou et empêchent de le voir comme un langage purement artistique. C’est à la fois sa force et sa faiblesse …

Comment avez-vous  préparé cette exposition  ? Comment avez-vous sélectionné les pièces ?

Nous avons d’abord défini les tabous c’est-à-dire les grands axes qui investissent à ce point le bijou, à savoir l’identité, sa valeur, son rapport au corps et ses différentes fonctions et ainsi sélectionné plus de 400 pièces et bijoux du monde entier qui répondent de manière transversale à ces thématiques. Dans la majorité des vitrines le principe est de confronter un bijou féminin, sa contre proposition et une proposition d’ouverture.

En quoi les bijoux sont-ils porteurs de tabous ? 

Les bijoux sont vecteurs de tabous dans le monde de l’art. Dans notre quotidien, nous ne voyons pas les bijoux comme une limite car ils sont riches et denses de propos et de culture. Grâce à cette exposition, nous réalisons que cette culture est universelle, qu’elle traverse le temps et l’espace comme un langage commun.

Quelle est votre définition du bijou ? 

Ce n’est pas la définition du Petit Robert qui réduit le bijou à son côté précieux. Le bijou réside dans la façon dont il investit le corps. Vous découvrirez dans l’exposition que certains bijoux sont capables de se définir par eux-mêmes.

Une ceinture de chasteté est exposée au même titre que des pièces de haute joaillerie, voyez-vous dans le bijou la volonté d’aliéner la femme ? 

Le bijou n’a pas été créé pour avilir la femme. La question est plutôt : comment peut-il être un outil pour la cacher, l’infantiliser  ? Dans l’exposition nous nous sommes attachés à montrer le positionnement par rapport à la femme  : d’un côté les bijoux élitistes portés par une Reine, de l’autre les bijoux comme outils de séduction qui donnent à la femme un côté dangereux, voire vénéneux.

Et le bijou d’homme ?  Qu’en est-il ? Comment a-t-il traversé les époques ?

Le bijou est né pour parer l’homme à l’origine. Il est intéressant de voir comment l’évolution sociale a transformé le rapport entre l’homme et le bijou. Vous noterez que les insoumis comme les « Bikers », les « Punks » ou les « Rapper » en s’opposant, reviennent aux racines en portant des bijoux.

bague en argent squelette medusa

Bagues de bikers en argent – Medusa ©BérengèreTreussard2017

Vous verrez une cravate exposée dans l’exposition, voici le bijou actuel de l’homme mais le bijou d’avant-garde est unisexe, transgenre…

Vous présentez un collier de bonbons à côté d’une danseuse de Van Cleef & Arpels ou encore une pochette en papier Kleenex : quel est le message derrière ces traits d’humour ? 

L’intérêt d’associer de la haute joaillerie à un collier de bonbons ne réside pas dans la matière mais dans le propos. Beaucoup de femmes ont une attitude de petite fille, portent des miniatures qui peuvent avoir un côté un peu mièvre et font de leurs bijoux des objets transitionnels au point de se sentir nues sans leurs bijoux.

La proximité inattendue entre différents bijoux doit interroger le visiteur, ce discours entre le collier de bonbon et le clip danseuse de haute joaillerie fonctionne sans jugement parce qu’il est propos et chaque bijou de l’exposition est un mot, un déroulé de mot.

Vos coups de Cœur ? 

Mon bijou préféré, en tant que Mère, est celui que m’a offert ma fille  : un collier de nouille avec une fraise Tagada  ! En tant que Femme, j’ai toujours aimé les colliers de chiens de Cartier en diamants, pour leur côté Princesse, très féminin et intemporel.

En tant qu’Historienne, c’est le collier «  Noisettes  » de Lalique. En effet, ce n’est pas le côté esthétique qui me touche mais plutôt la façon qu’a Lalique de restituer la nature avec ses aspérités qui me fascine.  Ce bijou incarne son créateur. C’est un bijou à part, comme une porte historique vers les bijoux d’avant-garde.

collier saphir bijou sentimental René Lalique bijou de transition medusa oeuvre d'art

Collier Noisettes de René Lalique 1899-1900 – Medusa ©BérengèreTreussard2017

Pour leur discours, j’apprécie le travail de Benjamin Lignel, Frédéric Braham et les bijoux qui jouent avec les mots. J’aime particulièrement le bracelet de Pradier que vous trouverez dans la deuxième vitrine qui révèle les pores de la peau et toute la sensualité féminine avec ces deux femmes devant une boîte de Pandore qui semblent se parler.

bracelet en or détail sensuel boite de pandore medusa

Bracelet de Pradier la boite de Pandore – Medusa ©BérengèreTreussard2017

Enfin, le bijou qui me touche le plus est l’Anémone de Lalique  dans sa façon d’aborder la mort et le dernier souffle. Lalique a cette aptitude à symboliser la vie du début à la fin et représente, avec les racines de l’anémone, la beauté des femmes et de la maturité avec beaucoup de poésie.

broche en émail image de la sensualité et de la femme Medusa

Broche Anémone de René Lalique – Medusa – ©BérengèreTreussard2017

Le bijou d’avant-garde est intéressant dans son propos

Quel regard portez-vous sur le bijou conceptuel ? 

C’est celui qui vient personnellement me questionner le plus  : il me donne une définition complètement renouvelée. Le bijou conceptuel m’a énormément nourrie pour comprendre le passé car il pose les vraies questions. Il est totalement œuvre artistique.

En quoi le bijou est-il une œuvre d’art ? 

En soi c’est avant tout une œuvre d’artisanat et tant que nous parlons de « savoir-faire », nous ne sommes pas dans un propos. Le bijou d’avant-garde est intéressant dans la dérision qu’il offre de notre époque, dans son propos, son message.

Par exemple, l’artiste Frédéric Braham interroge le visiteur en proposant une boisson buvable à base d’or et d’argent,  le bijou n’est-il pas à l’intérieur ? L’artiste questionne : plutôt que de paraître ne devons-nous pas nous interroger sur nous-même ? Il y a également cette chemise du même artiste sur laquelle à la place d’une broche, vous découvrirez la définition de la broche du Petit Robert…

Galatée Pestre travaille sur le bijou perdu et l’empreinte qu’il laisse, tout un propos. Elle a d’ailleurs réalisé une broche que je portais lors de l’inauguration de l’exposition avec toutes les mèches de cheveux des artistes.

bijou perdu bijou d'artiste

Travail sur l’empreinte du bijou trouvé Galatée Pestre – Exposition Medusa ©BérengèreTreussard2017

Comment va vivre cette exposition ?

Nous avons organisé une série de performances qui vont animer l’exposition  parmi lesquelles j’aimerais citer :

  • Le colloque de Frederic Braham  sur le danger du paraître  : jeudi 12 octobre 2017 à 19h
  • Le bijou érotique ou l’art du bondage par Betony Verdon : jeudi 28 septembre 2017 à 20h
  • L’atelier d’écriture du bijou avec Laurence Verdier  : samedi 17 juin 2017 de 10h à 13h et jeudi 6 juillet de 19h à 22h

Quelle est la relation avec le Parcours Bijoux 2017 ? 

L’exposition s’inscrit dans cette série d’événements parisiens dédiés au bijou contemporain par la mise en avant d’un certain nombre d’artistes créateurs de bijoux d’avant-garde. Parcours Bijoux aura lieu du 25 septembre au 30 Novembre 2017 à Paris dans les Galeries et Musées, de nombreuses expositions rythmeront ces deux mois consacrés à la création française et internationale de bijoux contemporains.

Qu’aimeriez-vous que le visiteur retienne de cette exposition ? 

Il ne faut pas catégoriser des bijoux différents dans un système de valeur. Si nous nous parons, c’est que nous avons besoin de nous construire culturellement par des accessoires comme des outils pour nous montrer aux autres, pour exister.

Jardin en pierres durs et ornementales nacre Medusa

Secret Garden de Solange Azagury-Partridge ©BérengèreTreussard2017

Cette exposition est une véritable invitation au questionnement ! Quels bijoux portons-nous et pourquoi ? Ont-ils un sens ? Cherchons-nous une appartenance à un groupe, un milieu ? Quel statut social nous apporte le bijou ? Et comme l’artiste Frédéric Braham essaye de nous interroger par son travail, le plus beau bijou n’est-il pas nous -même ?

Consultez le site internet du MAM pour les actions culturelles comme les visites-conférences, la Nuit des Musées le samedi 20 mai de 18h à minuit, les ateliers de bien-être ou encore les activités pour les enfants avec des visites, les animations et les ateliers d’arts plastiques.

Le catalogue de l’exposition soutenu par L’Ecole des Arts Joailliers Van Cleef and Arpels devrait également être disponible dans les prochains jours et l’Ecole organisera des cours et conférences autour de l’exposition sur des thèmes précis.

Historienne et spécialiste du bijou commissaire exposition Medusa

Portrait de Michèle Heuzé avec une très jolie paire de boucles d’ooreilles Buccellati ©BérengèreTreussard2017

Très bonne exposition et n’hésitez pas à partager votre expérience et vos ressentis après cette visite enrichissante et intéressante.

MEDUSA

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris 

Du 18 mai au 5 novembre 2017

11, avenue du Président Wilson 75116 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de à

service culturel : +33 1 53 67 40 80 / 41 10

www.mam.paris.fr